7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 18:12

 

Ratator.jpg

Une certaine ressemblance avec le capitaine Haddock.

Toujours des histoires extraordinaires à raconter.

Un amour des voyages naturalistes.

Le goût de parler de tout et de rien, si possible avec passion.

Une passion enfantine justement, pour les "olives", ces coquillages que l'on trouve en quantité dans la sablière de Baie-Mahault.

De nombreuses visites et missions aux Antilles, avec comme prétexte avoué les projets d'éradication de rats, souris et autres mangoustes. Espèces exotiques envahissantes comme on dit dans les milieux autorisés. Mais le bougre s'intéressait en fait à tout.

Un visage bienveillant, toujours ce sourire et l'intérêt porté aux autres.

Le goût de rassembler des gens très différents pour avancer sur la même idée.

Le gaillard s'est fait avoir au sommet de sa vie, par beaucoup plus petit que lui.

C'était Michel Pascal, le Ratator, notre ami.

11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 18:20

img320.jpg

 

 

Il fut un temps pas si lointain où AEVA communiquait à l'aide d'un média devenu rare : le papier.

 

Le rythme des parutions était inégal, et l'édition d'une centaine d'exemplaires 2 A3 recto verso laborieuse. Sans compter les étiquettes d'adresses à éditer et les timbres à coller.

 

Temps révolus, mais des traces demeurent. Voici la collection complète des 8 numéros du Toto-Bois qui sont parus entre 1994 et 2000.

 

N°1 : Le Toto sort du bois

N°1 hors-série : Mygales Martinique

N°2 : Etude PNG aux Saintes

N°3 : Spécial baguage

N°4 : Spécial réseau Tortues

N°5 : Retour après 3 ans d'absence

N°6 : Diablotin, aigrettes, etc...

N°7 : Focus chauve-souris

N°8 : L'année ou la botanique est arrivée

 

Point de nostalgie, le blog nous permet sans doute de promouvoir davantage votre goût pour la nature.

 

24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 16:01

 

 ... un peu de pub...

 

La Réserve de Petite-Terre a mis en ligne son site... Cliquez sans plus attendre.

 

Petites-sternes.JPG

"Ca y est les filles, on est sur Internet".

Petites sternes nichant à Terre de Haut de Petite-Terre, mai 2010.

13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 14:07

mgm_icon.jpg

 

Qu'est-ce qui rugit et gronde ?

Qu'est ce qui emporte régulièrement un ou deux passants ?

Qu'est ce qui vous épouvante lorsque vous la regardez en face ?

 

La Tigresse du Bengale ? La Lionne mangeuse d'hommes ?

 

Que nenni. Bien pis.  

 

crue-grande-riviere-a-goyave.jpg

 

La rivière en crue.

 

Qui charrie comme si de rien n'était des arbres comme des fétus de paille ?

Qui rabote sans pitié les berges, laissant terre rouge à nu ?

Qui noye les vaches au piquet et emplit de boue les maisons trop proches ?

 

Qui envahit les nids de Martins-pêcheurs creusés à même les rives ?

 

nid-martin-pecheur.jpg

 

Toujours elle.

 

Qui vous fascine et vous attire ?

Qui vous remet en bonne place dans la mince pellicule vivante qui borde la planète (pas si nette) Terre ?

 

La 'Grande Rivière à Goyaves'. Elle est sortie de son lit à plusieurs reprises ces dernières semaines, comme elle ne l'avait pas fait depuis des années. Un tiers de mètre de pluie (presque la moitié de ce qui tombe chaque année à Paris) a débaroulé en un jour sur le bassin versant, s'est accumulés au détour des pentes, a formé des vagues et déblayé des roches énormes. 

 

Rien qu'une somme de gouttes d'eau.

 

Nord-Basse-Terre.jpg

 

Pour finir dans le bouillon ! (jusqu'à la prochaine fois). Les photos sont de Philippe Feldmann, sauf celle du lion de la MGM.

7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 09:42

Il y a une quinzaine de jours, je suis sorti du (toto) bois, et suis allé me percher sur l'embrasure de la fenêtre d'un hôtel chic de Saint-Claude. J'ai pu ainsi assister à un certain nombre de débats, portant sur les espèces exotiques envahissantes (autrement dites "EEE"), et également profiter des pauses café, très bien fournies en viennoiseries de toutes sortes.

Mais que sont donc ces EEE ? Autant savoir de quoi on parle avant de discuter, les sources de malentendus étant par ailleurs suffisamment nombreuses sur cette Terre. Le groupe Outre-Mer de l'UICN-France (l'UICN étant l'Organisation mondiale pour la nature), et plus particulièrement les camarades de l'initiative UICN sur les EEE, nous en donnent cette définition (sortez vos calepins et prenez des notes) :

Il s'agit d'espèces animales, végétales, ou microbiennes, introduites accidentellement ou délibérément par l'espèce que l'on dit humaine, et qui se sont acclimatées, naturalisées, ont pris un caractère envahissant, et ont un impact plus ou moins grave sur les milieux et/ou espèces indigènes, sur l'économie ou sur la santé.

Diantre ! Ce qui revient à dire qu'aussi bien une plante faisant par exemple régresser l'effectif de la population d'espèces végétales indigènes, qu'un animal provoquant des pertes économiques dans le domaine agricole, qu'un microbe risquant de nous contaminer, peuvent être considérés comme des EEE ? En tous cas ce qui est sûr, c'est qu'en tant que seule espèce d'oiseau endémique de la Guadeloupe, je suis le contre-exemple parfait d'une EEE.

Mais ce qui revient aussi à relativiser. Selon Williamson & Fitter (1996), en moyenne 1 espèce introduite sur 1 000 devient envahissante.

Mais attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : ces quelques espèces qui deviennent envahissantes peuvent à coup sûr provoquer des dégâts considérables dans nos milieux insulaires qui ont un défaut majeur : celui d'héberger des écosystèmes dysharmoniques. Ce mot barbare signifie que des groupes taxonomiques ou fonctionnels en sont absents. La biodiversité y est souvent faible mais le taux d'endémisme élevé. On a tendance à dire que toutes ces caractéristiques rendent les écosystèmes insulaires fragiles, notamment face aux espèces nouvellement arrivées.

Tout ça est un peu compliqué je vous l'accorde, je vais essayer de vous donner quelques exemples qui nous concernent de près.



Cliché INRA Guadeloupe.

On commence par quelque chose de facile à comprendre. La fourmi-manioc (encore elle, elle va prendre la grosse tête). Elle a tous les critères sans risque de se tromper : elle a été introduite, elle s'est installée, son aire de répartition a progressé, elle cause des impacts économiques et écologiques considérables (lourdes pertes en agriculture, attaque sur des milieux naturels et sur des espèces protégées (au hasard, fougères arborescentes)). Pour quelques révisions sur cet Hyménoptère, voir . C'est donc le cas typique de l'EEE qu'il conviendrait de fortement limiter, d'autant plus qu'elle épargne les îles avoisinantes. Egoïstement, pensons à Marie-Galante, et à la Martinique. Mais les petits copains des Antilles aimeraient bien aussi s'en dispenser.



Croquis C. Pavis.

Deuxième exemple, choisi cette fois-ci chez les végétaux. Le bambou. Quoi, le bambou ?! Cette magnifique Poacée (anciennement Graminée) serait envahissante ? !!  Alors qu'elle agrémente si bien nos bords de rivière et nos paysages ruraux ?! Dites-donc, vous ne seriez pas par hasard ce qu'on peut appeler des intégristes écologiques frustrés qui voudraient confisquer la nature au commun des mortels ? Je ne m'exprimerai pas sur ce point, mais une chose est sure : le bambou se trouve au coeur du Parc National, et si sa présence est souvent inféodée à l'activité humaine, cette espèce peut quand même coloniser des milieux sans qu'on le lui demande, par exemple en se bouturant et en se propageant grâce aux pentes, éboulis et autres vallées. Son impact est flagrant, et localement très inquiétant (route de la Traversée, routes des chutes du Carbet, crêtes du Nord au-dessus de Sainte-Rose...). Les dégâts en Martinique sont irréversibles; en Guadeloupe, il faudrait travailler très vite et très bien pour éviter cette extrémité. Les gestionnaires du Parc National ont d'ores et déjà commencé à évaluer différentes méthodes de lutte. C'est là que ça se complique un peu : lorsque l'EEE dispose d'un capital de sympathie auprès des populations humaines, il faut commencer à faire attention à ce qu'on dit si on veut être compris et suivi.


Cliché P. Feldmann.

Dernier exemple après je retourne dans mon trou : celui du raton-laveur (racoon, rina, rakoun...) qui a déjà fait couler pas mal d'encre (voir ) et presque de sang chez AEVA. Alors là, si je peux me permettre, je rigole. Jusqu'à il n' y a pas longtemps, le racoon avait la cote, espèce indigène, protégée par arrêté ministériel, chouchoutée par tout un chacun bien qu'ayant fait jusqu'à 1989 partie des tableaux de chasse de nos concitoyens. Curieusement, malgré cet engouement, bien peu de choses étaient connues sur le racoon en Guadeloupe. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu'au jour où des scientifiques ont démontré par A + B que les racoons de Guadeloupe sont de la même espèce que les copains américains, et qu'ils ont été introduits entre 1820 (selon les naturalistes) et 1840 (selon la police). Donc si vos sortez vos calculettes, ça fait largement moins de deux siècles qu'ils sont là, ce qui est bien peu de choses en matière de processus écologique. Et que bien malin qui peut dire aujourd'hui si cette espèce n'a pas déjà eu ou n'aura pas un impact négatif sur les forêts proches de l'état primaire du massif de la Basse-Terre. On est là typiquement dans un cas compliqué réglementairement (il faudrait déclasser l'espèce, peut-être la lister comme espèce chassable, ce qui prend en général plus de temps qu'il ne faut pour le dire), médiatiquement (il faudrait expliquer aux gens que finalement ce n'est pas le bon gros nounours qu'on croyait), scientifiquement (il faudrait essayer d'en savoir un peu plus sur la bête, pour concevoir des méthodes de gestion appropriées) etc...

Je n'ai donc rien démontré dans ce cours magistral qui a dû en barber plus d'un, sauf qu'il est urgent de se mettre tous autour d'une table pour accorder nos idées, nos violons, nos compétences (si si, il y en a) dans le domaine des EEE.  Comme l'ont dit cette semaine les 'savants', les associatifs, les services de l'état, les voisins de la Caraïbe, les Ultra-Marins français (parfois dissipés...), les lacunes aux Antilles françaises et ailleurs dans ce domaine sont surtout liées à un manque de coordination. C'est vrai qu'on pourrait sortir un peu de notre train-train pour se mettre en ordre de marche au niveau local. Ensuite, il sera temps de coopérer avec la Caraïbe.

Pour trouver des informations sérieuses sur ce sujet, allez vite sur le site de l'initiative UICN EEE. Vous y trouverez aussi des références bibliographiques, une base de données très pratique et bien d'autres choses encore.

21 octobre 2009 3 21 /10 /octobre /2009 13:55



L'assemblée générale s'est déroulée le 17 octobre.
Vous trouverez ici le bilan d'activités 2008-2009, et un aperçu de la carte de membre 2009-2010 (si ce n'est pas un appel à cotisations, ça y ressemble : toujours 20 €, à envoyer à l'adresse indiquée au bas de la carte).

3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 15:48



Le dernier numéro du Courrier de l'Environnement vient de sortir, j'y ai déniché (!) un article sur la gestion des espaces protégés, écrit par Annik Schnitzler, Jean-Claude Génot et Maurice Wintz. Je me suis senti un peu moins tête de piaf après l'avoir lu. A télécharger .

Pour vous donner envie de le lire, je vous livre la première phrase, une citation de Wendell Berry :

"Nous ne savons pas ce que nous faisons dans la nature tant que nous ne savons pas ce que la nature aurait fait si nous n'avions rien fait".

16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 05:30



Mais de quoi s'agit-il ? Je me gratte la tête, je prononce tout haut, et oui, je finis par comprendre qu'il s'agit d'une chauve-souris et d'un poisson, personnifiés pour la bonne cause de l'éducation à l'environnement.
Ma déontologie d'oiseau des bois m'interdit de faire de la publicité, mais là, je ne peux m'empêcher de signaler une initiative sympathique de l'association Grenn Sab. 
Ces personnages sont les héros de deux albums d'activités conçus pour les petites têtes multicolores du primaire. Mon inspiration étant au niveau triple zéro ces jours-ci, je reprends simplement les termes de la 4ème de couverture pour vous présenter ces productions :

'Avec ses deux personnages Capitaine Grantékay et Manzèl Genbo, représentants des milieux aquatiques, terrestres et aériens, Grenn Sab s'adresse aux enfants de l'école primaire. Activités ludiques mêlant réflexion, écriture et arts plastiques délivreront leur messages essentiels pour la construction des adultes qu'ils seront demain.'

Acerola* sur le gâteau, les deux fascicules sont gratuits, Il faut tout de même aller les chercher au local de l'association, que vous pouvez contacter en cliquant . Avis donc aux profs et parents d'élèves, il y en aura pour tout le monde.


* Cerise des Antilles

27 décembre 2007 4 27 /12 /décembre /2007 09:43

JC-Pic-de-la-Guadeloupe.jpg

Illustration Jean Chevallier


C'est donc Toto-Bois qui vous parle. J'ai bénéficié d'une session de formation accélérée pour utiliser les nouvelles technologies de l'information, mon bec acéré et mon intelligence au-dessus de la moyenne m'ayant permis de m'adapter assez vite à l'outil informatique. En préambule, je vous signale que vous avez accès à un certain nombre de pages fixes (3 pour l'instant, il faut commencer doucement), c'est la rubrique 'Pages' située à droite. De même, quelques albums photos sont à votre disposition, ils seront étoffés au fur et à mesure.

J'inaugure le blog en vous indiquant ce qui a été décidé lors de la première réunion du bureau pour cette année 2007-2008.

Tout d'abord, les rôles changent dans le bureau, on ne va pas se scléroser tout de même :

Présidence : Claudie Pavis
Trésorerie : Mathieu Brossaud
Secrétariat : Lisa Lavocat
Tout le reste : Jean-François Bernard (chargé de mission sorties de terrain), Françoise Culson (déléguée aux affaires générales), Maguy Dulormne (secrétariat à la logistique), Daniel Imbert (expert en relations publiques surtout pour le Conseil des Rivages Français d'Amérique), Laurent Malglaive (délégué aux affaires des Tortues marines), et enfin Sylvie Rioual (nouvelle arrivante).

Les bonnes résolutions pour 2008 :

- améliorer notre visibilité (le blog est là pour ça)
- appuyer le réseau Tortues marines, en continuant à coordonner la zone de Saint-François
- conduire l'étude sur les Bryophytes de Guadeloupe et Martinique (financement ONF et DIREN)
- relancer le partenariat avec l'ONF, pour poursuivre les suivis de populations d'iguanes des petites Antilles
- monter un projet pour évaluer le statut des populations du martin-pêcheur à ventre roux
- et bien d'autre choses encore

Ces différents points feront l'objet d'articles circonstanciés (j'ai également suivi une formation en grammaire française, j'en avais besoin, mon language maternel ne m'ayant doté que de 7 ou 8 'kaaaaaaaaaa').

Je vous salue donc du haut de mon pied de cocotier préféré, il faut tout de même que j'aille chercher de quoi manger pour le réveillon du Nouvel an. J'attends vos commentaires avec impatience (il faut cliquer en bas à droite sur ajouter un commentaire, bande d'ignares).

Présentation

  • : L'écho du Toto-Bois
  • : Le blog d'AEVA, Association pour l'Etude et la protection des Vertébrés et végétaux des petites Antilles - Contact : claudie.pavis@gmail.com
  • Contact

Rechercher Dans Le Blog