14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 11:55

28.jpg

Megaceryle torquata ssp. stictipennis - Cliché P. Villard.

 

 

L'accouchement fut difficile, mais le staff d'AEVA peut souffler : avec seulement 3 mois de retard (merci à nos financeurs pour leur indulgence), nous avons pu livrer le bébé. Un rapport d'une soixantaine de pages, photos incluses, qui permet d'apporter quelques réponses sur le statut de cette espèce en Guadeloupe.

 

Mais pourquoi s'intéresser à ce volatile plutôt qu'à un autre ?

 

Eh bien parce qu'à AEVA, nous avons tendance à faire ce qui nous chante. Et le Martin-pêcheur nous chantait, car c'est une espèce qui semblait devenue très rare en Guadeloupe, et peut-être donc menacée. Mais encore fallait-il disposer de quelques données factuelles pour le démontrer.

 

Les objectifs qui découlaient tout naturellement de ce questionnement étaient donc les suivants : estimer la taille de la population du Martin-pêcheur en Guadeloupe, cartographier les observations, proposer des hypothèses pour expliquer sa raréfaction, proposer des pistes pour sa conservation.

 

Comment donc nous y sommes-nous pris pour y arriver ? Dans un premier temps, un rapide coup d'oeil dans notre volumineux carnet d'adresse nous a permis d'identifier LA personne qui accepterait :

 

i) d'aller arpenter une quarantaine de rivières dans tous les sens sur la pointe des pieds pour ne pas effaroucher les oiseaux,

ii) de grimper sur les falaises de bord de cours d'eau avec une échelle pour voir si par hasard les trous dans les berges ne seraient pas des nids,

iii) d'aller faire un tour en Dominique voir si j'y suis,

iv) de passer tout ça dans la moulinette du système d'information géographique du Parc National,

v) et enfin de se soumettre à la critique des petits copains en leur proposant une première version du rapport.

 

Nous ne dévoilerons pas quelles furent les étapes les plus difficiles. Mais nous vous disons que cette personne, c'est Pascal Villard, qui avait déjà sévi sur une autre espèce que nous affectionnons : la mienne (le Pic de la Guadeloupe). Alors merci Pascal pour tout ce travail de terrain éprouvant. Je revois ta tête quand au bout d'un mois, tu n'avais toujours pas vu l'ombre de la queue d'un Martin.

 

Je n'en dirai guère plus, l'heure tourne et je dois retourner prendre un peu de repos sur mon Gommier rouge. Si 17 Mo ne vous effraient pas, je vous propose de télécharger le rapport en simple-cliquant . Avant la saison de la reproduction (pendant laquelle d'autres devoirs m'appelleront), je me fendrai d'un petit article de synthèse accessible à tous, et qui reprendra les principales conclusions de l'étude.

Sétékri par Le Toto-Bois - dans Etudes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'écho du Toto-Bois
  • L'écho du Toto-Bois
  • : Le blog d'AEVA, Association pour l'Etude et la protectiondes Vertébrés et végétauxdes peties Antilles
  • Contact

Rechercher Dans Le Blog