29 janvier 2008 2 29 /01 /janvier /2008 21:45
Aujourd'hui, un peu de légèreté, point de sujets qui fâchent (vous ne perdez rien pour attendre).

undefined
Photo P. Feldmann

Vous connaissez tous les chenilles rasta (Pseudosphinx tetrio), qui découpent joliment les alamandas et les frangipaniers dans vos jardins… Du travail d’entretien en moins, c’est toujours appréciable. Personnellement, je ne fréquente pas les mêmes milieux et jusqu’à nouvel ordre ne consomme pas ces chenilles malgré mon régime de pic partiellement insectivore.
 
Liliane nous a transmis quelques observations intéressantes, permettant de répondre à la question bien légitime « mais à quoi peut bien ressembler le papillon de cette chenille ? ». En exclusivité donc, de notre envoyée spéciale à Leroux en côte sous le vent dans la campagne de Gosier.
 
Cet été nous avons décidé de laisser manger notre frangipanier jusqu’à la dernière feuille par les chenilles du Sphinx du même frangipanier. Le résultat est assez chouette. Les chenilles repues se sont laissées tomber à terre et sont restées immobiles sous la forme d’une pré-nymphe toujours à rayures pendant au moins deux semaines. 

Nymphe-immobileLeroux-128-copie-1.jpg
Photo L. Frenkiel
Excusez le flou de l'image, il y avait de la brume dans mes lunettes

Nous en avons délicatement transféré deux dans une boite à fenêtre pour enfin voir ce qui pouvait bien en sortir. Après une mue, une nymphe rouge sombre est apparue, se manifestant de temps à autre par quelques soubresauts. L’imago a émergé en plein jour en laissant une mue bien fendue du côté thorax.
Nous l’avons photographié pour la postérité avec ses deux mues et l’avons laissé en liberté.

sphynx-et-ses-deux-muesLeroux-161.jpg
Photo L. Frenkiel
Il a attendu la nuit pour partir vers son destin. Le second a fait la même chose (nous sommes statistiquement sérieux à AEVA, nous faisons des répétitions…).
 
Prochaine histoire de mue, bientôt j'espère, mais cette fois-ci d'un vertébré mystérieux. 
Dernière minute.
Des plaintes me sont parvenues des 4 coins de l'univers, d'aucuns affirmant que la chenille rasta, ce n'est pas du tout ça. Mon sang n'a fait qu'un tour, et mon noir plumage a blêmi à l'idée qu'une inexactitude scientifique se soit glissée dans le blog. Eh bien tant mieux, personne n'a tort dans l'affaire, une autre chenille rasta étant cataloguée dans le grand livre de la nature (comme quoi les noms latins ça a du bon).
Il s'agit de Syntomeida epilais, qui vous propose un défilé de mode dans le site de Ti-racoon.
Jolie, sans aucun doute, mais bien moins ancienne que MA chenille rasta, puisque cet insecte (qui a par ailleurs la fâcheuse habitude de manger les lauriers) a été signalé pour la première fois en Martinique en 1981, et en Guadeloupe en 1992.
 
Sétékri par le Toto-Bois & Liliane Frenkiel - dans Entomo
commenter cet article

commentaires

Liliane Frenkiel 05/02/2008 01:19

Me voila rassurée sur un point: pour moi la chenille rasta est une petite chenille pleine de poils mais assez discrète; je l'ai rencontré il y a quelques années quand elle avait fait un festin de mes lauriers roses.
Mais vu que je ne connais rien en entomologie,j'avais prudemment baptisée notre belle chenille à rayures uniquement chenille du frangipanier , ce qui n'est pas du tout scientifique. Je veux bien admettre qu'il y a plusieurs sortes de rastas chez les chenilles.
Il y a bien plusieurs espèces répondant au nom de palourdes, en Guadeloupe et ailleurs
Autre comment : mais non Leroux n'est pas en Côte sous le vent mais dans la campagne de Gosier en Grande Terre. Je connais un autre Cocoyer et un autre Leroux plutot du côté du Moule. A quand un nom scientifique unique pour les villages?

Présentation

  • : L'écho du Toto-Bois
  • L'écho du Toto-Bois
  • : Le blog d'AEVA, Association pour l'Etude et la protectiondes Vertébrés et végétauxdes peties Antilles
  • Contact

Rechercher Dans Le Blog