15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 06:02

pic-de-la-Guadeloupe.jpg 
Illustration de S. Nicolle


Je dois avouer que mon ego enfle un peu.

Figurez-vous que moi, le Pic de la Guadeloupe, j'ai fait l'objet d'une étude en 2007.

Déjà, dans les années 93-94, le Parc National de la Guadeloupe avait soutenu une proposition de Pascal Villard, à savoir étudier mon écologie. Et je dois dire aussi que le même Pascal avait été à l'origine de la fondation de l'association. Je l'entends encore proférer avec son accent inimitable d'Andelot en Montagne (Jura), "mais y'a pô d'association ornitho ici ou bien ??" Mais là n'est pas la question.

Or donc, 13 ans après cette première étude qui fut un vrai cauchemar pour moi (imaginez, je fus traqué, observé, plus aucune vie privée pendant des mois), rebelote. Et pourtant, cette première étude avait débouché sur l'édition d'un beau livre ("tout ce que que vous avez toujours voulu savoir sur moi"), et même sur 2 publications à comité de lecture sur mon régime alimentaire (woodpecker weight watcher) et sur mon ADN ! Eh bien malgré ça, les scientifiques ont remis le couvert. Ils voulaient savoir comment avait évolué les effectifs de ma population, et aussi si par hasard je n'avais pas colonisé certains milieux desquels j'étais absent auparavant.

Le Parc National et la DIREN ont donc financé la suite des opérations. Pascal est revenu sur les lieux du crime, a arpenté au pipirit chantant tous mes habitats potentiels (22 transects dans 9 unités écologiques, avec 4 répétitions s'il vous plait, statistiques obligent), a donné du GPS et du SIG (à vos souhaits), et tout ça pour arriver aux conclusions suivantes :

- les calculs de densité de mes populations de la première étude n'étaient pas d'une précision absolue. Tout simplement parce que pour calculer les superficies des différentes unités écologiques dans lesquelles j'habite, mes observateurs ne disposaient pas du puissant outil qu'est le système d'information géographique, le fameux SIG. Si on refait les calculs, nous n'étions pas 10 000, mais 19 000 couples à un chouia près à l'époque (on me l'aurait demandé, je l'aurais dit).

- actuellement, nous sommes environ 19 000 couples, ce qui voudrait dire que ma population est restée relativement stable quantitativement. Pas encore de quoi proposer à l'UICN de revoir mon statut (proche de menacé), mais tout est loin d'être rose pour moi. Les espaces forestiers n'ont fait que régresser depuis 15 ans, en quantité et en qualité. Je compense en augmentant la taille de mes territoires, mais je ne pourrai pas continuer indéfiniment comme ça. Et je n'aimerais pas passer au statut d'espèce vulnérable, honte à vous tous si on en arrive là.

- malgré ça, j'ai colonisé les Monts Caraïbes, et la partie la plus méridionale des grands-Fonds.

- enfin, le SIG se révèle être un bon outil pour conseiller les gestionnaires d'espaces naturels ou urbanisés. En effet, il permet de pointer les zones à préserver pour éviter que mon territoire ne soit davantage fragmenté. En effet, jai la faiblesse de ne pas savoir voler à découvert. A cause de ça, ma population de Grande-Terre est maintenant isolée génétiquement de celle de Basse-Terre, les derniers traits-d'union forestiers ayant été grignotés par la cité.

Vous pourrez en savoir plus dans quelques jours, le temps de chercher dans mes supports de formation comment mettre en ligne le rapport.

Sétékri par le Toto-Bois - dans Ornitho
commenter cet article

commentaires

Monique FARAUT 30/11/2009 21:15


Mon adresse mail est complète. Nous partons quelques jours en Touraine. A notre retour, je vous enverrai quelques photos de ces oiseaux que nous avons pu approcher en Guadeloupe
A plus tard
moniquefaraut@gmail.com


FARAUT Monique 28/11/2009 19:22


Dommage que nous n'ayons pas connu votre association lors de notre séjour de 4 ans en Gwada:2002/2006.
Nous avons eu la chance de voir TOTO-bois devant notre case:il s'en donnait à coeur joie sur le tronc du cocotier d'en face. Nous étions à la Cité des douanes à Deshaies, et j'espère que le couple
de pic y vit encore
Nous avons pu observer aussi les sucriers ( ils ont même niché dans la cage ouverte mise à leur disposition sur notre balcon! il est vrai que le sucre n'était jamais bien loin!) Nous avons aussi
hébergé un couple de "rouge gorge; qui ont niché derrière le moteur de la clim!
Les sucriers sont plus soigneux que les rouges gorges, vous pouvez me croire!
Je me tiens à votre disposition pour tous renseignements ou photos concernant ces oiseaux
Moniquefaraut@gma


Le Toto-Bois 30/11/2009 14:47


En effet, dommage que nous n'ayons pas pu être en contact pendant votre séjour.
Si vous avez de belles photos d'oiseaux, nous pouvons les mettre dans les albums du blog. Votre adresse mail est incomplète, je n'ai pas pu vous envoyer de message.


Présentation

  • : L'écho du Toto-Bois
  • L'écho du Toto-Bois
  • : Le blog d'AEVA, Association pour l'Etude et la protectiondes Vertébrés et végétauxdes peties Antilles
  • Contact

Rechercher Dans Le Blog